Mes rendez-vous grossesse, le parcours du combattant…

la-tete-dans-la-compote-rdv-medicaux-2Bonjour les filles ! Dans cet article j’ai tenu à vous faire part de mon propre suivi médical de grossesse et des démarches administratives que j’ai effectuées. Je vous détaille ensuite dans un autre article clairement toutes les étapes d’un suivi de grossesse normal afin de vous permettre de ne pas faire les mêmes erreurs que moi. J’évoquerai également différentes petites choses importantes que j’aurai aimé savoir lors de ma grossesse et qui vous faciliteront très certainement les choses.

J’ai décidé de parcourir les forums pour trouver une bonne gynécologue, afin de me sentir à l’aise lors des multiples rendez-vous gynécologiques qu’il y a au cours de la grossesse. J’ai finalement arrêté mon choix sur une gynécologue exerçant dans le 14ème arrondissement de Paris. Je m’y suis rendu avec mon chéri Nicolas, nous avons patienté une vingtaine de minutes dans la salle d’attente avant qu’elle n’achève son précédent rendez-vous et vienne nous chercher. Elle m’a examiné et a constaté que j’avais quelques pertes rosées à surveiller en m’expliquant que c’était un peu de sang. J’étais paniquée, je ne comprenais pas ce que cela signifiait et je lui ai alors demandé davantage d’explications. Elle a répondu à cela mot pour mot « écoutez, en général, ce n’est rien, mais si d’ici quelques jours ou semaines, vous commencez à perdre du sang, c’est que vous faites une fausse couche, mais ce n’est pas grave, vous êtes jeune et vous l’avez fait du premier coup en plus ».  J’ai trouvé cette réflexion déplacée de sa part et cela m’a terriblement angoissé. Elle m’a ensuite parlé des différentes maladies à éviter pendant la grossesse telle que la listériose1 ou la toxoplasmose2 et prescrit une prise de sang afin de savoir si je suis ou non immunisée contre la toxoplasmose. Elle m’a également prescrit une échographie dite de datation afin d’établir précisément la date du début de grossesse et pouvoir estimer une DPA (date prévue d’accouchement).

Nicolas a ensuite demandé à la gynécologue quand serait mon prochain rendez-vous avec elle et à quelle fréquence je devais la voir au cours de ma grossesse. Elle a répondu à cela que ce n’est pas parce que l’on est enceinte que l’on doit se précipiter toutes les 5 minutes chez son gynéco, que même pendant une grossesse, on n’a pas à consulter sauf en cas de douleurs dans le ventre.

Je suis sortie de ce rendez-vous qui a duré en tout et pour tout pas plus de 15 minutes très mitigée et angoissée. J’ai fondu en larmes en me remémorant les propos qu’elle avait tenus sur la fausse couche et j’ai eu mon premier vomissement à ce moment-là dès la sortie de son cabinet dehors.

Je n’ai plus consulté de gynécologues jusqu’à mes 6 mois de grossesse pensant que cela n’était pas nécessaire et voyant que tout allait bien. Ce n’est qu’au moment de mon inscription en maternité (5 ou 6 mois de grossesse) que l’on m’a formellement recommandé de consulter de nouveau. On m’a conseillé de me tourner vers une sage-femme qui exerce en PMI dans ma ville. Je n’ai pas regretté, cela s’est vraiment très bien déroulé, la sage-femme était adorable et la consultation a duré une heure. Elle  m’a énormément questionné, rassuré et expliqué qu’il est tout à fait normal et très important de se rendre chez son gynécologue une fois par mois lors d’une grossesse. Je consultais tout de même beaucoup mon médecin traitant à défaut de consulter un gynécologue et celui-ci se chargeait de vérifier à chaque fois ma tension et de me prescrire les prises de sang nécessaires.

La sage-femme m’a demandé d’uriner dans un gobelet en plastique afin de contrôler mes urines et a tout de suite vu que celles-ci étaient beaucoup trop concentrées. Elle m’a donc demandé de faire un test d’urine en urgence le lendemain. J’ai donc fait ce test, et celui-ci a révélé une infection urinaire. Une infection urinaire pouvant être très dangereuse pendant une grossesse, celle-ci pouvant remonter jusqu’au bébé. On m’a donc prescrit de l’Amoxicilline pour me soigner et demander de boire minimum 2 litres d’eau par jour. L’infection est passée et j’ai continué de boire deux litres d’eau par jour jusqu’à la fin de ma grossesse pour ne plus rencontrer ce genre de problème.

La  maternité dans laquelle je me suis inscrite (maternité du Kremlin-Bicêtre) a ensuite pris le relais et c’est là-bas que j’ai eu toutes les consultations suivantes. Ils m’ont pris en charge à partir de 6 mois de grossesse et tous mes rendez-vous se sont très bien déroulés.

Concernant la Toxoplasmose, je suis immunisée contre celle-ci, c’est-à-dire que mon sang présente un taux d’anticorps positif. Généralement on constate dans ce cas une absence d’IgM dans le sang et un taux positif d’IgG. A l’inverse, une personne n’étant pas immunisée constatera une absence d’IgM et d’IgG dans ses résultats sanguins. Je n’avais donc plus à faire de prise de sang pour cela, mais je poursuivais cependant les tests d’urine une fois par mois. Par la suite, à 7 mois de grossesse, j’ai dû effectuer un test de glycémie obligatoire qui s’est révélé très bon. Cet examen vise à analyser le taux de glucose sanguin et ainsi dépister un éventuel diabète gestationnel. Le test s’effectue le matin à jeun et débute par une prise de sang et l’absorption de 100g de glucose puis se poursuit par une prise de sang toutes les 30 minutes pendant 2h.
Contrairement à tout ce que l’on peut entendre, je n’ai pas trouvé cela insurmontable à avaler du tout, c’est un liquide sucré, certes, un peu épais mais qui se boit assez facilement.

Globalement, comme vous l’aurez constaté, mon suivi médical a été assez brouillon et je n’ai pas nécessairement toujours été bien prise en charge. Beaucoup de gens disent que les femmes sont trop encadrées pendant la grossesse, que l’on en fait des tonnes niveau suivi donc bon, je relativise en me disant que mes quelques rendez-vous manqués ne sont pas si graves. Cependant, je conseille à toutes les futurs mamans d’avoir un suivi médical plus régulier que le mien, car on ne sait jamais, on peut toujours passer à côté de quelque chose, dans mon cas une infection urinaire qui aurait peut-être pu être détectée plus tôt !

1 : La listériose est une infection causée par une bactérie, la Listéria (listeria monocytogenes). Il s’agit d’une bactérie très résistante et très répandue, pouvant vivre dans l’eau, le sol ou les végétaux. Elle est capable de résister à la chaîne du froid et peut se développer dès 4°C, c’est à dire à la température d’un réfrigérateur. La listeria altère très peu le goût des aliments, passant ainsi inaperçue. L’infection se contracte donc en consommant des aliments contaminés, c’est pourquoi les médecins conseillent aux futures mamans d’arrêter de consommer certains aliments, en particulier les produits de la mer crus, les charcuteries artisanales ou les produits laitiers au lait cru.

 2 : Maladie infectieuse due à un parasite, la toxoplamose peut se contracter en consommant de la viande contaminée mal cuite, des crudités mal lavées ou de l’eau souillée. Elle reste souvent sans symptôme et sans gravité. Cependant, elle provoque parfois des complications chez les femmes enceintes non immunisées.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *