Mon allaitement chaotique

Mon allaitement chaotique

Mon allaitement chaotiqueL’allaitement, quelle aventuuuure !!! Je souhaite partager avec vous mon expérience de l’allaitement et savoir si vous vous retrouvez vous-même à travers celle-ci. J’espère aussi que cela pourra rassurer et faire relativiser les futures mamans qui font de l’allaitement un objectif capital et qui éprouveraient une énorme déception en cas d’échec.

Mon allaitement chaotique 

J’ai fait le choix de l’allaitement au sein quand je suis tombée enceinte, je voulais fortement tenter l’expérience, mais sans me mettre trop la pression non plus. Je n’en faisais pas l’objectif de ma vie.

Les premiers jours de mon allaitement se sont relativement bien passés à la maternité, même durant la montée de lait qui n’a pas été douloureuse du tout.

Ce fut tout autre chose une fois à la maison, l’allaitement est devenu très difficile moralement et physiquement. Si je peux donner un conseil aux jeunes mamans comme moi pour ne pas trop souffrir lors des tétées ou après c’est de faire en sorte que bébé prenne bien tout le mamelon en bouche, la tête bien en face de celui-ci. Si bébé ne prend que le bout du sein ou est dans une mauvaise position, vous risquez d’avoir très vite des crevasses très douloureuses. Pour ma part j’ai voulu prévenir les crevasses et autres gerçures dès mon dernier mois de grossesse en appliquant tous les jours la crème Lansinoh à la Lanoline sur mes mamelons et en me massant les tétons. Il faut savoir que se masser les tétons en fin de grossesse peut déclencher l’accouchement, car cela provoque des contractions utérines plus ou moins importantes. Si vous êtes presque à terme (38 SA)  cela ne comporte aucun risque, car bébé est prêt à naître, mais ne vous aventurez pas à le faire trop tôt. L’allaitement engendre également des contractions utérines qui permettent à l’utérus de reprendre sa forme initiale plus rapidement et entraîne une perte de poids plus rapide après l’accouchement, car cela demande beaucoup d’énergie et fait brûler des calories.

La crème Lansinoh

Elle m’a aussi aidé pendant mon allaitement, j’en appliquais sur mes seins après chaque tétée pour m’apaiser. C’est très pratique dans la mesure où elle est complètement naturelle et qu’elle ne nécessite aucun rinçage entre les tétées. Je n’ai cependant pas échappé aux gerçures provoquées par des tétées trop rapprochées et trop longues.

[Votre bébé n’a pas besoin de téter plus de 20 minutes chaque sein pour se nourrir suffisamment, s’il reste plus longtemps c’est simplement pour assouvir son besoin de succion. Si le besoin de succion de votre enfant est très important, je vous conseille de privilégier la tétine, car la maman n’a pas à devenir la tétine de son bébé, ce n’est pas vivable à long terme.]

Les gerçures

Les gerçures rendaient mes seins tellement douloureux pendant les tétées que cela a fini par sonner le glas de mon allaitement. Je n’en pouvais plus et je décidais donc brutalement d’y mettre fin. Le lendemain de cette décision, au réveil c’était la panique, mes seins étaient durs comme du béton, j’avais deux grosses briques à la place des seins, ils étaient au bord de l’explosion et le lait jaillissait. Ok J’exagère peut-être un tout petit peu 😉 mais franchement, c’est comme cela que je l’ai vécu sur le moment ! Je ne savais vraiment pas quoi faire pour que cela cesse, j’ai donc enfilé mon soutien-gorge d’allaitement dans lequel j’avais glissé des coussinets d’allaitement afin de ne pas être trempée et j’ai ensuite appelé l’hôpital voyant que cela devenait de pire en pire au fil de la journée. J’ai appris qu’il était formellement interdit d’arrêter net son allaitement, car cela provoquait nécessairement ce type de gros désagrément. Quand une femme décide de ne plus allaiter, il est meilleur pour elle de diminuer progressivement le nombre de tétées dans la journée afin que cela entraîne une diminution progressive de sa production de lait. Plus le bébé tète, plus le corps fabriquera du lait. A l’inverse, plus vous espacez les tétées, moins le cerveau produira de lait, il s’adapte au nombre de tétées dans la journée et se dit que rien ne sert de produire plus que nécessaire.  Avec cette méthode le lait cesse très vite d’être fabriqué, et la femme ne connaîtra normalement pas les douleurs que j’ai pu rencontrer lors de l’arrêt brutal de mon allaitement.

Pour ma part, je n’ai clairement pas adopté la bonne méthode et pour rattraper la catastrophe j’ai finalement repris un peu l’allaitement pour vider progressivement mes seins et faire comprendre à mon corps de diminuer la production de lait.

Poches de gel Actipoches

Je me vidais également les seins à la main en ayant été bien aidée par les poches de gel Actipoches (poches à mettre au frais puis à appliquer sur les seins pour soulager les douleurs ou au micro-onde pour permettre au lait de s’écouler beaucoup plus rapidement de vos seins). Je donnais une fois le biberon (lait industriel) puis une fois le sein au fil de la journée, ce qui m’a permis de guérir mes gerçures plus vite, bébé n’étant plus constamment au sein. J’ai vite cicatrisé sous l’effet de mon propre lait appliqué en lotion sur mes mamelons. Appliquer son propre lait sur les gerçures ou crevasses est le meilleur moyen de guérir très rapidement. Une fois la douleur passée (le lendemain) je commençais peu à peu à regretter l’allaitement exclusif voyant que ma fille avait de plus en plus de mal à prendre mon sein, elle s’énervait devant en agitant fortement la tête. Quelques jours après le début de l’allaitement mixte (lait industriel + lait maternel), Lina ne parvenait plus du tout à attraper mon mamelon dans sa bouche, ce qui rendait l’allaitement au sein définitivement impossible. La succion du biberon et celle du sein étant différentes, bébé se perd et ne sait plus laquelle adopter au moment de la tétée. La succion du biberon étant bien plus facile et rapide pour bébé, il choisit naturellement de délaisser progressivement le sein. Je culpabilisais beaucoup en me disant que j’allais priver mon bébé de la meilleure boisson pour lui. Je cédais quelque peu à la pression de l’entourage proche. Bizarrement le corps médical est toujours resté parfaitement neutre avec moi quant à mon choix d’allaiter ou non. Je me suis sentie encouragée dans ma volonté d’allaiter mais aucunement jugée lorsque j’ai exprimé mon désir d’y mettre fin. Côté famille, amis, on nous dit que bébé aura plus d’anticorps, qu’il sera moins malade par la suite, protéger de certaines allergies, etc…

Je pense aujourd’hui qu’il faut vraiment ne pas tenir compte de tous ces avis ! Nous savons pertinemment que le lait maternel est l’alimentation la plus appropriée pour bébé, mais aujourd’hui les différents laits en poudre proposés dans le commerce par les fabricants sont tout aussi bons pour bébé et lui apporteront tous les nutriments nécessaires à son bon développement. Mon objectif principal était de donner le lait des premiers jours à mon bébé, le colostrum (lait très riche en protéines et anticorps indispensables à l’immunisation du nouveau-né). Cet objectif ayant été atteint, je ne pouvais pas considérer ce qu’il s’est passé par la suite comme un échec.

L’après-accouchement est déjà assez difficile comme cela pour se miner encore plus le moral sur des sujets tels que l’allaitement. Bébé ressent toutes nos émotions, des plus positives aux plus négatives, alors à quoi bon continuer de nourrir son bébé dans un état de stress permanent, de grande fatigue et de douleur. Votre nouveau-né préférera largement être nourrit au biberon dans un climat aimant, jovial, calme et détendu.

De mon côté, j’ai quand même eu du mal à accepter le fait que mon bébé ne recevrait plus mon lait comme alimentation, c’est pour cela que j’ai décidé de contacter l’entreprise Natal Services (entreprise de location de tire-lait) pour louer un tire-lait.

Je voulais continuer l’allaitement mixte mais cette fois-ci exclusivement au biberon. Cependant, pour que cela fonctionne, il faut être très rigoureux et tirer son lait toutes les 2 à 3h, mais j’étais tellement soulagée de pouvoir retrouver un peu de liberté que je n’ai pas su respecter cette rigueur. Je ne tirais pas suffisamment mon lait dans la journée, et dans la nuit, ce qui a progressivement débouché sur un arrêt définitif de ma production de lait.

Mon allaitement (allaitement mixte compris) aura duré en tout un peu moins d’un mois. Je suis passée par des moments très difficiles, mais je ne me suis pas laissé abattre, il ne faut surtout pas prendre l’arrêt de l’allaitement comme un échec ! Nous sommes des êtres humains et un accouchement ce n’est vraiment pas de tout repos. Cela prend énormément de temps au quotidien, c’est souvent un obstacle pour faire garder son bébé, le papa ne peut généralement pas s’investir comme il le souhaiterait avec son enfant, cela prend beaucoup d’énergie, c’est parfois très douloureux et moralement l’impact peut être violent. Ne vous oubliez pas en tant que femme, prenez du temps pour vous, faites-vous belle et ne délaissez pas votre couple, c’est votre force. N’ayez pas peur de briser un lien avec votre enfant, que vous allaitiez ou non le lien avec votre bébé est là, il est plus fort que tout et se développera au quotidien de par vos gestes de tendresse, votre bonne humeur, l’amour que vous lui portez tout simplement. Si vous êtes heureuse, détendue, sereine, votre bébé le sera aussi.

Ma fille a aujourd’hui  3 mois, elle grandit et grossit très bien, c’est un amour et elle accepte parfaitement le lait industriel (lait Guigoz 1er âge). Nous sommes très heureux de nourrir notre fille au biberon mon chéri et moi. Je me sens bien plus épanouie et ma puce semble ravie 🙂

Tout cela ne reste bien sûr que mon expérience, il y a évidemment beaucoup de mamans qui parviennent à allaiter bien plus longtemps et sans encombre. Chaque femme est différente, n’hésitez donc pas à partager avec moi votre propre expérience de l’allaitement. Cela pourra peut-être, aider d’autres mamans à poursuivre leur allaitement ou à ne pas culpabiliser en cas d’arrêt.

Inscrivez-vous à ma Newsletter pour recevoir des cadeaux et être informée de tous les futurs jeux concours gratuits pour gagner des lots sympas !
Pensez aussi à partager l’article sur les réseaux sociaux à l’aide des boutons ci-dessous 😉

Vous trouverez ci-dessous la liste des produits cités dans mon article :

    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *