Tout savoir sur les congés pendant et après la grossesse

Tout savoir sur les congés pendant et après la grossesse

Tout savoir sur les congés pendant et après la grossesseCe n’est franchement pas évident de s’y retrouver dans tous les congés liés à la maternité ! De mon côté, je me suis beaucoup renseignée sur les sites et auprès d’amies déjà maman tout au long de ma grossesse. J’ai aussi téléphoné à mon centre de Sécurité Sociale et à ma CAF pour avoir des informations plus personnalisées.
Et c’est pour vous éviter une partie de toutes ces recherches que j’ai choisi de vous proposer cet article pour tout savoir sur les congés pendant et après la grossesse. Je vous explique dans cet article simplement, mais en détail les différents congés proposés pendant la grossesse et après l’accouchement. Ceci vous permettra, je l’espère d’entamer vos démarches le plus tôt possible en étant au courant de tout.

Tout savoir sur les congés pendant et après la grossesse

Le congé pathologique

Le congé pathologique dure 14 jours et est généralement pris deux semaines avant le début du congé légal de maternité sur prescription médicale. Il peut s’étaler sur toute la grossesse, c’est-à-dire que votre médecin peut très bien décider de vous arrêter trois jours en début de grossesse en congé pathologique et 11 jours en milieu ou fin de grossesse. Les 14 jours peuvent donc être dispatchés tout au long de la grossesse. Cependant, le mieux c’est tout de même de conserver le congé pathologique jusqu’à la fin de grossesse. En effet de mon côté, me sentant trop fatiguée j’ai préféré demander à mon médecin traitant de me prescrire ces 14 jours de repos juste avant mon congé maternité. Ce congé n’est pas un droit et doit nécessiter un réel besoin de la part de la femme enceinte, mais n’hésitez pas à le demander si vous vous sentez juste fatiguée. Vous avez besoin de beaucoup de repos en fin de grossesse pour que votre accouchement se passe au mieux.

Le congé pathologique fonctionne comme le congé maternité en termes d’indemnisation de la part de la Sécurité Sociale. Cependant, vous devez prévenir par lettre recommandée votre employeur en y joignant un certificat médical. Vous percevrez ainsi comme pour le congé maternité entre 90 et 95% de votre salaire s’il y a un complément de la part de l’employeur.

Le congé légal de maternité 

D’après le site Ameli.fr, le congé maternité se décompose en deux parties et comprend un congé prénatal (avant l’accouchement) et un congé postnatal (après l’accouchement).
Sa durée varie selon le nombre d’enfants déjà à charge ou non et il peut être plus long si la convention collective de votre travail le prévoit. Pour ma part, j’ai le droit à environ 4 mois supplémentaires de congés maternité par rapport au congé légal, car ma convention collective le prévoit.

En règle générale le congé légal de maternité dure 16 semaines au total, si vous attendez un enfant et que vous avez moins de deux enfants à charge. La durée du congé prénatal étant de 6 semaines et celle du congé postnatal de 10 semaines. Oui oui ça fait court !

Si votre grossesse se passe bien et que vous n’avez pas besoin de débuter votre congé maternité 6 semaines avant votre date prévue d’accouchement, vous pouvez demander à reporter une partie du congé prénatal sur le congé postnatal. En effet, les modalités du congé maternité ont été assouplies et vous avez maintenant la possibilité de passer un peu plus de temps avec votre enfant après votre accouchement. En revanche, tout le congé prénatal ne peut pas être reporté, vous pouvez reporter 3 semaines de congé au maximum de votre congé prénatal sur le congé postnatal.

Ce report se fait avec l’accord de votre médecin traitant ou d’une sage-femme, et il vous faudra ensuite adresser une demande écrite à votre centre de Sécurité Sociale, accompagnée du certificat médical. Vous pouvez faire votre demande au plus tard 1 jour avant la date prévue au départ pour le début de votre congé prénatal.

Si vous allaitez, aucun congé supplémentaire n’est proposé, il n’y a que votre convention collective qui peut éventuellement prévoir ce genre de dispositions spécifiques.

Pour des grossesses multiples, le congé s’allonge :
–  12 semaines avant l’accouchement et 22 semaines après, pour des jumeaux.
– 24 semaines avant l’accouchement et 22 semaines après, pour des triplés.

Si vous attendez un troisième enfant, votre congé s’étendra sur 26 semaines au total, 8 semaines avant l’accouchement et 18 semaines après.

Vous pouvez estimer le montant de vos indemnités journalières via le simulateur de l’Assurance maladie Ameli  et la date de votre début et fin de congé sur le site famili.fr par exemple.

Le congé paternité 

Il n’y a PAS que le père de l’enfant qui peut bénéficier du congé paternité. L’époux, le conjoint ou le partenaire de Pacs de la maman, peut aussi prétendre à ce congé.
Il dure au maximum 11 jours pour une naissance unique et 18 pour une naissance gémellaire. Il comprend les samedis, dimanches et jours fériés et doit commencer dans les 4 mois suivants la naissance de l’enfant (des enfants).

D’après le site www.service-public.fr, le salarié doit prévenir son employeur de préférence par écrit au moins 1 mois avant la date du début du congé  et mentionner quand il prendra fin. L’employeur ne peut pas s’y opposer sauf dans le cas où le délai d’un mois n’aurait pas été respecté.

Le congé parental d’éducation 

Ce congé peut aussi bien être  pris par la mère que par le père !!
D’après le site www.caf.fr, il doit être pris dans le prolongement du congé maternité pour la mère ou de paternité pour le père et peut être indemnisé par le complément libre de choix d’activité au maximum. Il est demandé pour une durée maximale de 6 mois et peut être poursuivi jusqu’aux 3 ans de l’enfant, mais sans indemnités.
Mais pour cela, il faut au moins justifier de 8 trimestres de cotisations vieillesse dans les 2 dernières années pour un premier enfant et ne plus travailler (ou travailler à temps partiel). S’il s’agit d’un congé parental à temps partiel, il faut avoir une ancienneté d’au moins un an dans son entreprise à compter de la date d’accouchement. Votre demande doit être faite de préférence par courrier recommandé 1 mois avant le début du congé, soit un mois avant la fin du congé légal de maternité ou congé conventionnel de maternité.
Pour ma part, je n’avais que 11 mois et 1 semaine d’ancienneté dans mon entreprise entre la date de mon embauche et la date de mon accouchement. Mon employeur a été très conciliant en me laissant bénéficier de mon congé parental à temps partiel, mais ce n’est pas toujours le cas. Même si vous avez par exemple 11 mois 3 semaines d’ancienneté dans votre boîte, votre employeur peut refuser légalement votre demande de congé parental d’éducation. En revanche, si votre ancienneté est au moins de 12 mois entre votre date d’embauche et votre date d’accouchement, que vous pouvez justifier de 8 trimestres de cotisations vieillesse sur les deux années et que votre demande est faite au plus tard 1 mois avant la date de fin de votre congé maternité, l’employeur se doit d’accepter votre requête.

J’espère que cet article vous aura aidé à vous y retrouvez un peu mieux dans les congés liés à la grossesse. Pour ma part, il me semble que les congés maternité et paternité prévus par l’Etat sont bien trop courts et qu’il est bien dommage de contraindre les parents à reprendre leur activité professionnelle si tôt avec un si petit bébé à devoir faire garder.

Inscrivez-vous à ma Newsletter pour recevoir des cadeaux et être informée de tous les futurs jeux concours gratuits pour gagner des lots sympas !
Pensez aussi à partager l’article sur les réseaux sociaux à l’aide des boutons ci-dessous 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *